Coaching, PNL, méta-états et liberté d’être

Coaching, PNL, méta-états et liberté d’être

L’être humain se distingue des autres êtres vivants par sa capacité – son besoin vital, son conditionnement existentiel – de donner du sens.
Les animaux sont plus tranquilles :), ils répondent simplement à leurs instincts…

Nous ne pouvons pas faire sans donner une signification à toute chose, partout, tout le temps, pour n’importe quoi et même à propos de rien du tout! C’est un mécanisme de survie, une véritable compulsion qui structure la manière dont on répond aux situations et dont on interagit avec les autres.

Notre esprit ne fonctionne pas de façon linéaire mais de façon fractale. De plus, il prend souvent la main. Je veux dire par là que si nous n’y prenons pas garde, nous manquons de « distance », de discernement aux pensées qu’il génère. Nous pouvons même croire dur comme fer que ces pensées (plus souvent autonomes que volontaires) ont raison, qu’elles sont la réalité et (mal) réagir en fonction.

Donc, on ne fait pas que penser, ressentir ou agir à propos de quelque chose qui est extérieur à nous : ce serait trop facile de n’avoir que des «états primaires» (sans jugement de valeur : des états de pensée-émotion en réponse à un stimulus extérieur à soi-même) ;). Nous devons aussi composer avec des états (souvent inconscients mais pas toujours positifs ni constructifs) en rapport aux états primaires. En PNL, on appelle ces seconds états des «Méta-états» : On pense à ce que l’on pense, on pense à ce que l’on ressent, on ressent à propos de ce que l’on pense, on ressent à propos de ce que l’on ressent, on anticipe même ce que l’on ressentirait si l’on ressentait… et ainsi de suite…

Ex : Vous pouvez vous sentir en colère suite à un évènement du monde extérieur (état primaire), et ensuite vous sentir coupable à propos de votre colère (méta-état). Vous pouvez vous sentir heureux (état primaire) d’un évènement dans le monde extérieur et ressentir de l’appréciation (méta-état) à propos du sentiment d’être heureux.

Ce faisant, on se crée sa propre «psycho-logique» (qui n’est logique que pour nous-même) qui soit nous sert, soit nous désert : les boucles et méandres qu’effectue notre esprit peuvent  former des « boucles vertueuses » qui nous élèvent et nous font aller de l’avant. Dans le pires des cas, elles forment des « cercles vicieux », des « nœuds » qui nous bloquent ou nous enfoncent dans une problématique.

Il arrive parfois que nous ressentons de la colère à propos de notre colère, de la peur à propos de nos peurs, et ensuite de la culpabilité à propos de cela. Nous créons ainsi une réaction en chaîne,
une suite de pensées (méta-états) et d’actions ou d’inhibitions, qui peut se révéler destructrice et nocive pour nous-mêmes. Cela peut même finir par affecter notre corps et notre santé.

Le coaching et la PNL offre une compréhension structurelle en profondeur de notre «psycho-logique», en donnant de nombreux moyens d’accéder à de nouvelles ressources afin de progresser vers nos objectifs désirés, tout en résolvant les blocages qui nous empêchent d’y arriver. Le travail sur les méta-états permet de soulever les croyances (convictions profondes) qui régulent, filtrent, conditionnent notre rapport à soi, aux autres, au monde. Il permet d’appréhender la manière dont notre esprit opère. Ainsi on devient capable de suivre à la trace son « fil d’Ariane », son cheminement lorsque l’on pense ou que l’on ressent quelque chose à propos de quelque chose, afin de mieux savoir travailler dessus (d’arriver à le repérer, l’identifier, relativiser et même le transformer quand il n’est pas constructif), afin de développer davantage de liberté d’être et de gérer avec succès les aléas de la vie. Il explique les mécanismes de choses telles que les addictions, les obsessions, la motivation, ainsi que bien d’autres.

« Ya’ plus qu’à » gérer les plus haut niveaux de notre pensée et de nos croyances! 🙂
Ex : un travail en coaching permet d’installer une pensée de permission ou d’acceptation sur les émotions « négatives » comme la colère. Ce qui permet de couper la réaction négative en chaîne, et transformer nos expériences pour les mettre au service de notre réussite.

Autres articles

Il n'y a pas encore de commentaires.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.