Changement et violence

« Les attentats récents m’ont amené à réfléchir à la violence dans notre monde qui change et vous faire part de quelques voies de réflexion sur le lien entre changement et violence.

Notre monde change rapidement et ce changement qui est en accélération permanente depuis le début des temps historiques, va subir une accélération encore plus forte dans les années qui viennent. Cela va bousculer beaucoup de certitudes, d’habitudes de vie, de croyances.

Or face au changement, il y a 2 attitudes possibles, l’acceptation et l’intégration du changement dans sa vie, ou le refus et le rejet avec la décision de ne pas l’intégrer dans sa vie. Pour ceux qui rejettent le changement, si le monde change autour d’eux, ils pourront se sentir exclus. Le changement qui les entoure heurte leurs croyances, heurte leur modèle du monde et est ressenti comme une violence.

Notre modèle social occidental se répand, aidé par des médias mondiaux et des moyens de transport qui mettent en contact permanent des populations aux styles de vie plus traditionnels avec notre mode de vie. Nos valeurs se trouvent confrontées à leurs valeurs. Et ce que nous voyons comme liberté peut être vu comme décadence, déliquescence des valeurs et provoquer un rejet.

La liberté est une des valeurs mise en avant par notre société et elle est fondamentale pour nous.
Mais l’exercice de la liberté s’arrête lorsqu’il empiète sur celle des autres. Lorsque la liberté de rire devient sarcasme et stigmatise une personne ou un modèle du monde, elle devient une violence qui peut légitimement être mal vécue. La violence en réponse, surtout lorsqu’elle sort du domaine verbal ou symbolique, n’est pas plus tolérable. Mais cela doit sans doute nous inciter à réfléchir à la responsabilité qui va nécessairement avec l’exercice de la liberté.

A nous demander dans un monde de plus en plus métissé, avec des cultures mélangées, quelles sont les limites à donner à notre liberté pour qu’elle ne devienne pas violence.

Plus la pression de changement est forte, plus elle est potentiellement ressentie comme une violence qui en retour provoque la violence des fondamentalistes retranchés dans la résistance. On voit cela au sein même de nos sociétés avec les mouvements contre l’avortement aux USA notamment, avec les mouvements radicaux de défense de l’environnement, avec les fondamentalismes religieux dans toutes les religions.

Cela doit aussi interpeler les personnels politiques sur les valeurs fondamentales de notre sociétés et leur traduction dans la vie courante – les comportements acceptables et ceux qui ne le sont pas afin de traduire cela dans la Loi. Sommes-nous dans une société qui doit être permissive et accepter tous les systèmes de valeurs des populations qui la rejoignent, ou dans une société qui affirme ses valeurs et demande à ceux qui la rejoignent de s’y conformer ? Ce sont des décisions de société qui deviennent nécessaires pour clarifier pour tous les droits et obligations du vivre ensemble.

Les changements à venir dans les 20 prochaines années vont être plus importants sur le plan technologique avec l’influence que cela aura dans nos modes de vie, que ceux des 2000 dernières années – nous produirons et consommerons différemment, nous aurons une évolution phénoménale dans le domaine de la santé, le monde du travail sera transformé. Cela conduira nécessairement à faire naître des résistances encore plus fortes, et de nouveaux fondamentalismes au sein même de nos sociétés. Cela conduira certainement à des violences accrues en réaction à ces changements qui exigeront une adaptation encore plus rapide et radicale à de nouveaux modes de vie.

Le développement personnel avec les outils qu’il apporte permet de changer sa vision, de s’adapter plus rapidement, d’apprendre à se confronter à d’autres modèles du monde sans affrontement. Il est important que chacun puisse avoir accès très tôt à ces outils afin de comprendre comment se relier de la façon la plus appropriée possible à l’autre si différent.

La compréhension du monde dans lequel nous vivons et du futur qui est en train d’émerger, avec ses défis et ses espoirs, est aussi indispensable. Le savoir d’hier ne sera pas suffisant pour inventer le nouveau monde qui émerge. L’ouverture et l’intelligence collective seront nécessaires pour engendrer le nouveau modèle de société qui va émerger ».

Autres articles

Il n'y a pas encore de commentaires.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.