Vers une identité saine

Une identité saine en Biodanza® est caractérisée par plusieurs aspects.

  • La perception de soi et d’autrui comme créature unique, particulière et dotée d’une valeur intrinsèque.
  • Le niveau élevé de vitalité et la capacité d’être en feedback.
  • La motricité caractérisée par l’équilibre, l’énergie et la synergie.
  • La capacité d’intimité, la faculté d’exprimer le contact désiré et l’aptitude de donner du contenant affectif à autrui.
  • L’absence d’esprit de compétition et d’agressivité gratuite.
  • La capacité de mettre ses limites ou de fuir.
  • Et enfin, la capacité d’agir et de créer dans une conscience éthique. 

Pour intégrer son identité, l’Homme a besoin d’enrichir son histoire personnelle de celle de son espèce et de l’histoire de ses origines depuis la nuit des temps. Il a besoin d’amplifier la conscience de sa propre individualité, comme d’être capable de dissoudre ses particularités pour rentrer dans l’universalité. 

La Biodanza® offre des vivencias
qui permettent d’explorer ces deux pôles.

C’est dans ce constant voyage d’un pôle à l’autre que l’identité s’intègre, que le biodanseur fait des sauts transtasiques, de véritables reprogrammations cellulaires au détour d’un mouvement, d’une danse, qui révolutionne ses paradigmes et transforme à jamais son rapport à la réalité.

  • Les exercices d’activation et danses d’harmonie esthétique développent la perception de sa propre puissance au travers la maîtrise progressive du contrôle volontaire de ses mouvements.
  • Les exercices de régression ré-activent ses potentialités affectives endormies.

Grâce à la construction d’un Moi solide et autonome, le « je » intégré a accès à l’interdépendance. Il peut transformer l’espace paradisiaque de la fusion en union, dans laquelle il n’est plus une entité séparée. Il se rappelle sa filiation cosmique, se perçoit comme le fruit d’une évolution de milliards d’années. Il acquiert une identité planétaire, l’univers danse à l’intérieur de lui. Plus il a conscience de son être comme totalité, plus l’Homme a accès à l’infini de son potentiel. 

Selon Rolando Toro Araneda, le potentiel génétique de l’être humain s’exprime suivant cinq besoins fondamentaux, communs à tous les êtres humains et essentiels à la réalisation d’une vie harmonieuse et pleine. Ces cinq besoins, désignés comme les cinq « lignes de vivencia » du système de la Biodanza®, sont liés à des comportements instinctifs qui pulsent au coeur de l’identité. Notre vie est le résultat de la ligne qui est la plus inhibée. 

Le facilitateur dispose d’un répertoire précis d’exercices pour amener ses élèves à intégrer progressivement ces cinq lignes du potentiel humain.

  • La Vitalité est la ligne la plus niée du monde moderne en Burnout. Elle englobe les besoins de santé, de dynamisme, de joie de vivre, de courage de vivre et d’auto-régulation.
  • La ligne de la Sexualité est réprimée depuis des siècles par l’éducation judéo-chrétienne. Renouer avec sa sexualité, c’est retrouver son appétit de vivre, ses désirs, son plaisir de se sentir vivant, vibrant.
  • La ligne de la Créativité répond aux besoins de se renouveler et de diversifier son répertoire existentiel. Elle appelle au choix d’être créateur de sa vie.
  • La ligne de l’Affectivité invite à plonger dans un monde émotionnel qui réveille les sentiments humains d’empathie et d’éthique relationnelle.
  • La ligne de la Transcendance ouvre les cieux de l’universalité et relie à la sacralité de la vie.

Sur le chemin du développement humain

Pour s’adapter aux diktats de la culture moderne, ses tabous et principes éducatifs,
l’Homme civilisé a appris à contrarier ses ressentis, à étouffer ses instincts et à nier ses intuitions.

Aujourd’hui, il ne se sert presque plus de ses sens,
les progrès technologiques les ont remplacé.
Il ne touche plus, ne voit plus, n’entend plus, ne sens plus, ne goûte plus. Il pense.

Se croyant évolué, il a  troqué ses antennes contre son mental,
congédié sa bonne conscience organique et son intelligence cellulaire, gardiennes de la vie.
Insensibilisé, déconnecté, dissocié, il fait des choix anti-vie
et goûte de moins en moins
à la jubilation endogène se sentir intensément vivant.

La danse réveille les sens, le mouvement, l’émotion, la sensation d’être vivant.
La Biodanza®  libère l’expression de l’identité viscérale
grâce à la réhabilitation du corps comme source de plaisir.

Ses vivencias sont construites pour augmenter l’humeur endogène,
à travers la joie de vivre, le plaisir de la danse et de la convivialité.

Dans le tourbillon de la vie mené à la baguette par Chronos,
les rendez-vous hebdomadaires s’inscrivent comme un temps suspendu,
où les biodanseurs ralentissent pour se re-sensibiliser.

La perception de soi ouvre à l’éthique et à l’introspection.

La conscience intensifiée de soi rappelle la possibilité de choisir consciemment qui on veut être.

En s’adonnant corps et âme à la science et à la raison, l’Homme moderne a assassiné les dieux mythologiques et perdu la richesse de leur référence.

Estimant, comme Jung, que les archétypes sont des modèles, des patrons universels que l’on peut incorporer pour enrichir, modeler, transformer son identité.

Les danses de la Biodanza® s’inspirent des gestes symboliques du patrimoine de l’humanité. L’intention est de proposer aux élèves un banquet de potentiels identitaires inspirants.

Les positions génératrices pleines de sens et les danses associées aux qualités des dieux de l’Olympe, aux dons de la trilogie hindoue et aux forces naturelles des quatre éléments primordiaux, la Terre, l’Eau, le Feu et l’Air,  enrichissent les mouvements de l’identité. Tout ce qui se vit au niveau personnel a déjà été vécu et préparé par l’humanité, nul besoin de tout réinventer. De la colère de Zeus à l’élément eau qui invite à la fluidité et au lâcher prise, de la grâce et l’élégance de l’esprit d’Apollon à la concrétisation et l’enracinement dans la matière de l’élément terre, du plaisir et de la démesure de Dionysos à la légèreté la subtilité de l’air, du pouvoir de transformation de Shiva au feu de la conservation ou de la passion, incorporer toutes les facettes de ces archétypes, et les mélanger, transforme le rapport au monde, aux autres et à soi.

La conscience de soi
passe par la conscience de son propre corps.

Réhabiliter la perception somatique – et non mentale – des expériences du quotidien
comme source de plaisir ou de déplaisir subjectif permet de découvrir ses propres réponses vitales.
Ré-éduquer l’individu au courage et à la responsabilité organique d’aller vers ce qui l’épanouit et de quitter ce qui le réduit est une étape essentielle vers sa réalisation.

Selon Freud, l’être humain est fait d’intensité, de pulsions et de passions. Il les réprime, mais elles reviennent en songes, en actes manqués, en oublis et lapsus. Tout le temps, les désirs inconscients de sa matrice instinctive le tiennent.

Pour évoluer et faire des choix plus organiques, l’Homme moderne a besoin de retrouver sa sagesse biologique instinctive, de réveiller son « bon animal ».

Ses instincts servent l’expression saine de son identité.

identité, personnalité

La Biodanza® invite quatre figures du règne animal pour libérer la faune intérieure.

  • Incorporer le Tigre amène à intégrer sa détermination, sa souplesse et son agilité, sa combativité et sa vigilance.
  • Le Héron enseigne l’élévation de la perception, le discernement et l’aptitude à se libérer des dépendances.
  • Le Serpent, par sa voracité magnétique et sa mue, invite au cycle perpétuel de la transformation et de la renaissance.
  • L’Hippopotame, quant à lui, est un maître absolu de la détente, du jeu, du plaisir de la vie grégaire, du sentiment d’abondance et de plénitude.

« Nous ne sommes pas là pour détruire la nature mais pour sentir un lien profond avec elle, pour apprendre d’elle.
Si mon arbre n’a pas de racines, je suis superficiel, je n’ai pas de fondements. L’arbre donne des fruits et je dois donner des fruits.
Si ma mer n’a pas la capacité à faire la tempête, je n’ai pas de profondeur.
Si mes montagnes n’ont pas de stabilité et de puissance, je suis vulnérable, je suis fragile.
La nature est notre maître. Nous prenons la force de la nature pour être nous-mêmes la grandeur de l’homme ». 

Rolando Toro Araneda, 2009.